Envoyer à un amiImprimerAjouter aux favoris

Comment s’expatrier au Myanmar – Partie 3/3

Une fois installé au Myanmar, il faut prendre ses marques et se familiariser avec ce nouveau pays et cette nouvelle vie. Désormais dépendant de nouvelles coutumes et d’une nouvelle façon de vivre, ce guide vous apportera l’aide nécessaire à la réussite de votre expatriation. Il faut donc réapprendre a consommé cela incluant les taches journalières basiques telles que faire ses courses, acheter son mobilier et son matériel informatique. Ensuite, la fiscalité est un élément important à mettre en exergue de même que l’intégration et l’éducation de vos enfants.

Concernant la consommation, les prix au Myanmar sont relativement élevés pour un pays en développement. Il faut compter pour un repas local 7$ dans un petit restaurant,  pour un déjeuner occidental (pizza et une bouteille d’eau) 10$. Attention car les prix au restaurant sont HT, il faut leur ajouter une taxe de 5% et le service de 5%. Ensuite, concernant les courses et les achats journaliers, tous les produits de consommation courante peuvent être achetés dans le supermarché City Mart Marketplace situé dans la Golden Valley. Ce supermarché a été illustré par Guy Delisle dans ses « Chroniques Birmanes » qui à l’époque de son expatriation à Rangoun en ignorait l’existence… De nombreux supermarché City Mart sont dispersés dans la ville, pour plus de détails : http://citymart.com.mm/location/. Il est également possible de faire ses courses de produits frais sur les marchés locaux. Concernant l’achat de mobilier et de matériel informatique, il est possible d’acheter son mobilier sur place auprès des commerçants locaux. Il existe de nombreux magasins de micro informatique permettant d’acheter du matériel importé de pays voisins.

Ensuite, concernant la fiscalité des particuliers, le département de la fiscalité situé à Naypyitaw, Internal Revenue Department, est en charge des affaires fiscales. L’année fiscale va du 1er avril au 31 mars de chaque année. Les pourcentages d’imposition varient de 3% à 40 % en fonction du revenu. Les résidents (personnes résident au moins 183 jours/an en Birmanie) sont imposés sur leurs revenus quelle que soit leur provenance. Les non-résidents devront payer un impôt uniquement sur leurs revenus provenant de Birmanie.

Enfin, s’agissant de l’éducation, à tous les niveaux, les écoles françaises sont payantes. « Les cahiers dorés », créée en 1996, l’Ecole maternelle française accueille les enfants de 2 à 5 ans. C’est la seule école maternelle d’enseignement en langue française présente au Myanmar. Le programme, en langue française uniquement, est similaire à celui dispensé dans les maternelles françaises. L’anglais y est enseigné par un intervenant extérieur. Ensuite, l’école d’entreprise fondée par Total est la référence dans l’enseignement français au Myanmar. L’entreprise Total souhaite se désengager de cette école qui devrait se transformer en lycée Français dès la rentrée 2014. Cette école est reconnue par la mission laïque française. Les niveaux d’enseignement vont du CP à la 1ere (classes ouvertes en fonction des besoins de l’entreprise). Sinon, il existe aussi des institutions internationales qui sont nombreuses parmi lesquels ont peut citer la plus renommée: The International School Yangon.