Envoyer à un amiImprimerAjouter aux favoris

La Birmanie, the new place to be ?

Les journalistes, hommes et femmes d’affaires, politiques, tous se pressent en Birmanie depuis la levée des sanctions internationales et le vote de la loi facilitant les investissements étrangers de 2012. Tout ce ramdam autour de la Birmanie (Myanmar pour les puristes) est-il justifié ? Y a-t-il de réelles opportunités dans ce pays aux milles pagodes ? La Birmanie sera-t-elle capable d’assumer toutes les promesses faites aux investisseurs étrangers?

Une vision trouble et troublée de ce pays

Naturellement et presque instinctivement beaucoup d’entre nous ont une vision assez trouble de cette ancienne colonie Britannique, tombée sous une dictature à la fin de la seconde guerre mondiale. Pays faisant partie des plus pauvres du monde, ayant un régime autoritaire, privant son peuple de toutes libertés. Fidèle opposant à la toute puissance américaine et n’ayant de relations commerciales qu’avec la Chine et l’Inde. Le portrait n’est pas très flatteur et qui plus est, n’est plus d’actualité.

En 2014, les efforts engagés depuis trois ans par les autorités politiques se font ressentir. Les opportunités offertes par la nouvelle loi de finance votée en 2012, encourageant et facilitant les investissements aux étrangers, marque une réelle transition dans le paysage international birman. La nouvelle constitution, bien que contestée, a mis fin à la junte et sa privation de libertés. Le système administratif s’oxygène en ouvrant son recrutement à la société civile, faisant appel aux universitaires, technocrates et au secteur privé. Apprécions également l’évolution de la presse et l’accès à l’information internationale. La grande marche vers la modernisation du pays suivant son cours, la consommation bat son plein dans les grandes villes, où après des décennies de privation, la société s’en donne à cœur joie. Ce développement est largement encouragé et soutenu par la communauté internationale qui ne cesse de lui apporter son soutien et de lui accorder des subventions, la dernière en date provenant de la Banque Mondiale pour 2 milliards de dollars.

Des opportunités incontestables

La Birmanie est un pays plein de contrastes, pays où les pagodes d’or se dressent aux côtés des constructions de bois, où les opérateurs téléphoniques, Qatari et Norvégien, développent leur marché alors que seulement 13% de la population a accès à l’électricité. Ce pays, où tout est à refaire, a pris conscience de ses richesses et de son potentiel. Il vit le développement économique et politique le plus rapide de l’histoire, faisant face à ses besoins en infrastructures, en médecine, en formation, en hôtellerie et en immobilier par l’investissement étranger.

C’est grâce aux nombreuses réformes entamées depuis ces dernières années, à cette ouverture internationale et à ses encouragements aux investissements étrangers, que le pays pourra tenir ses promesses tout au long de son développement. Attention toutefois à ne pas tarder, car cet état de grâce risque de ne pas durer longtemps. Attention aussi à bien respecter les besoins du pays, les autorités ne veulent pas faire de la Birmanie le nouveau dragon asiatique, ils veulent des partenaires étrangers responsables, respectueux de la culture, de ses citoyens et de ses richesses.

« Une terre où l’énergie d’entreprendre est palpable à chaque coin de rue »

Etes-vous prêts à partir à l’aventure ? A profiter et contribuer au développement d’une société pleine d’opportunités ? La Birmanie est une terre où l’on peut repartir à zéro, une terre où l’énergie d’entreprendre est palpable à chaque coin de rue. La Birmanie est the new place to be, soyez-en sures, vous allez en entendre parler !

Quelques précisions supplémentaires

Informations pratiques :

  • Charges patronales: 2,5%
  • Impôt sur les sociétés: 25%R – 35% sociétés étrangères
  • Taxe sur les services: 5%
  • Création de zones fiscales avantageuses aux IDE
  • Taxe import & export: 2% à 3,5%
  • Economie essentiellement agricole: 41% du PIB
  • Taux de croissance de 6,5%, objectif 6,8% en 2014
  • Ressources naturelles : gaz, pétrole, teck, jade, rubis.
  • 1er janvier 2014 présidence de l’ASEAN

Sa population :

  • Environ 60 millions d’habitants
  • Taux d’alphabétisation: 90%
  • PIB / hab: 915 USD
  • IDH : 149 sur 187
  • Salaire moyen : 250 USD par mois
  • 13% de la population à accès à l’électricité
  • Evolutions significatives des libertés
  • Une classe moyenne inexistante
  • Communauté Française de 500 personnes
  • Les échanges commerciaux avec la France ont triplé entre 2012 et 2013

 Myriame Honnay, février 2014

A